Blog Montréal Immobilier

Marché immobilier : à quoi s’attendre pour 2014?

Blog Montréal Immobilier Actualités
mtlwiki

Collaboration spéciale de Vincent Durivage, rédacteur web

Qui dit nouvelle année dit aussi nouveaux projets! À peine avons-nous entamé l’année 2014 qu’il est temps de penser aux projets d’investissements à réaliser durant les prochains temps. Les acheteurs potentiels se posent surement déjà la question : 2014 sera-elle une bonne année pour devenir propriétaire?

La majorité des experts s’entendent à ce sujet : l’année 2014 en sera une bonne pour le secteur immobilier au pays .Si l’on se fie aux plus récentes déclarations de La Société Canadienne d’Hypothèque et de Logement, qui évalue les perspectives de l’immobilier des grandes villes canadienne, le secteur pourrait connaître une année 2014 plutôt rassurante. Dans ses prévisions plutôt optimistes, la SCHL attend une augmentation de la valeur des maisons mais aussi une croissance des ventes pour les marchés très animés de Vancouver et Toronto.

Léger recul des ventes attendu à Montréal
Il en va néanmoins différemment pour la métropole où un essoufflement est attendu, marqué par un léger recul des ventes. Cependant, ne désespérez-pas! Ceci reste une relativement bonne nouvelle pour les acheteurs potentiels : une diminution d’environ 5% du prix moyen des condos neufs à Montréal est prévue. Ceci est essentiellement dû à l’important nombre de projets domiciliaires en cours un peu partout dans la ville.

En effet, le boum immobilier montréalais ayant atteint son apogée en 2011, il reste pour ainsi dire plusieurs stocks non écoulés de maisons et condos neufs! Les vendeurs ont continué de maintenir leurs prix durant la dernière année même si les propriétés s’avéraient plus difficile à vendre, créant une augmentation des stocks et une baisse des ventes dans la grande région. Principe économique assez simple à comprendre, plus l’offre d’un bien est grande et plus les prix auront tendance à diminuer!

Prudence avant d’investir!
Les prévisions dépendront cependant de deux autres facteurs majeurs, à savoir la santé globale de l’économie québécoise et les changements possibles dans la règlementation liée aux prêts hypothécaires.

Si le gouvernement décide d’intervenir encore une fois dans le secteur, comme ça a été le cas plusieurs fois par le passé, il y a fort à parier que l’impact pourrait être néfaste. Une hausse brutale des taux d’intérêts pourrait évidemment décourager les acheteurs potentiels et faire reculer les ventes encore plus.

Tous ces facteurs rendent extrêmement difficile de prévoir avec certitude ce qui nous attend pour 2014. Il vaut donc toujours mieux jouer de prudence pour les acheteurs potentiels et bien prévoir son coup pour éviter les mauvaises surprises!

Vincent Durivage

Laisser une réponse

Veuillez compléter le champ CAPTCHA *