Blog Montréal Immobilier

La grande vie dans une plus petite maison

Blog Montréal Immobilier Actualités

Article par GHISLAIN LAROCHELLE @ Journal de Montréal


Vivre dans une grande maison est un luxe auquel beaucoup d’entre nous aspirent. Mais est-ce que cela en vaut la peine ?

Financièrement, ce n’est pas toujours le cas.

Prenons l’exemple de Jocelyn et Michèle, qui vivent avec leurs deux enfants de 10 et 12 ans dans une grande maison de quatre chambres à coucher avec garage. Il y a 10 ans, ils ont payé leur maison 375 000 $. Grâce à leur mise de fonds de 40 000 $, ils avaient alors contracté une hypothèque de 335 000 $ (sans les frais SCHL), ce qui leur vaut actuellement des mensualités d’environ 1816 $ avec un taux d’intérêt de 4 %.

Depuis leur achat, ils ont payé 92 292 $ en capital sur leur hypothèque. Dans le marché actuel, la valeur de revente de leur maison est d’environ 490 000 $, soit une appréciation de 115 000 $. S’ils procédaient à la vente, ils obtiendraient dans leurs poches les fruits de l’appréciation, leur mise de fonds et le montant d’hypothèque payé, soit un total de 247 292 $.

Recalcul en cours

S’ils changent d’itinéraire de vie, c’est-à-dire s’ils vendent leur maison actuelle pour acheter un logement plus petit qui conviendra tout de même aux besoins de la famille, Jocelyn et Michèle pourront économiser davantage, devancer leur retraite et se payer plus facilement de petits luxes, par exemple des vacances en famille.

La grande vie dans un petit espace

Reprenons le tableau précédent. Jocelyn et Michèle, qui ont opté pour un logement plus modeste, investissent leurs surplus et leur épargne mensuelle pendant 15 ans à un taux de 5 % annuellement. Grâce à la magie des intérêts composés, ce scénario leur vaudrait une cagnotte de 616 824 $ au terme des 15 ans !

Ou encore, ils pourraient éventuellement acheter un petit immeuble à revenus et ainsi se constituer un fonds de pension pour leur retraite. Supposons un duplex locatif d’une valeur de 300 000 $ dont les revenus locatifs sont de 1500 $ par mois. Une fois l’hypothèque remboursée, il s’agit d’une option de retraite intéressante, à condition bien sûr de faire de bons calculs de rentabilité.

Ghislain Larochelle est un professionnel inscrit à l’Ordre des ingénieurs du Québec ainsi qu’à l’Organisme d’autoréglementation du courtage immobilier du Québec (OACIQ).

QUE FAIRE AVEC 241 000 $ ?

  • Payer les frais de vente et la commission du courtier immobilier : 24 500 $
  • Mise de fonds de 20 % sur une maison de 320 000 $ : 64 000 $ | 470 $ (épargne mensuelle)
  • Frais d’achat nouvelle maison : 10 000 $
  • Construire un fonds d’urgence : 60 000 $
  • Rembourser prêt automobile : 15 000 $ | 1200 $ (épargne mensuelle)
  • Vacances en famille : 10 000 $
  • Surplus : 57 500 $
  • Total : 241 000 $

CONSEILS

    • Plus votre maison est grande, plus il sera facile d’y accumuler des objets que vous n’utiliserez pas sur une base régulière. Pour vous préparer à réduire votre espace de vie, une bonne stratégie est de classer ces objets en quatre catégories : à garder, à donner, à vendre, à jeter. Si vous n’y avez pas touché depuis un an, pourquoi vous en encombrer ?
    • Donnez-vous le temps d’évaluer la pertinence des objets à valeur sentimentale que vous conservez. Le piano massif de tante Huguette que vous conservez dans votre salon a certainement une valeur sentimentale, mais son utilité est discutable si vous en jouez uniquement de manière accidentelle en époussetant le clavier.

Article original

Laisser une réponse

Veuillez compléter le champ CAPTCHA *