Blog Montréal Immobilier

Évaluateur vs Inspecteur

Idriss Bouhmouch Actualités
1400_024(2)
Collaboration spéciale Idriss Bouhmouch.

Le travail de l’évaluateur vise à établir la valeur marchande de l’immeuble. Le rapport d’évaluation devrait comporter une évaluation impartiale de l’état de la propriété visée et de ses caractéristiques fonctionnelles, une analyse des ventes récentes de propriétés comparables et une analyse de la conjoncture du marché ayant une incidence sur la propriété.
L’inspecteur en bâtiment quant à lui s’attardera à la construction de l’immeuble mais n’émettra pas d’opinion sur sa valeur. Bien que l’état de l’immeuble influence la valeur, l’évaluateur agréé n’inspectera pas la propriété de façon aussi poussée que l’inspecteur  et ne fera pas de rapport sur l’état de l’immeuble, si ce n’est de mentionner dans son rapport d’évaluation certains facteurs évidents qui ont un impact sur sa valeur.
Toutefois, quelques évaluateurs agréés sont aussi accrédités par l’Ordre comme inspecteur en bâtiment.
Bien qu’il existe beaucoup de critères pour évaluer une propriété voici quelque uns des principaux éléments à prendre en compte pour l’évaluation d’une propriété :
La situation géographique : Le quartier est-il calme? Le secteur est-il prisé?  Près des services ? transport facile ?
La taille du terrain;
La surface habitable;
L’état et la fonctionnalité de la maison;
Le niveau de confort;
L’entretien qui a été fait au fil des années;
L’existence de nuisances externes (chemin de fer, usine, etc.);
L’année de construction;
La qualité des matériaux utilisés,
L’isolation;
L’état du toit;
Le montant des factures d’électricité;
Le montant des taxes municipales.
Retenez enfin qu’un vendeur voudrait idéalement que sa maison d’une valeur de 200000$ soit vendue à 250000$ pour enregistrer un bénéfice, alors que l’acheteur voudrait acheter cette même maison à 150000$ pour utiliser le moins de fonds possible sur son hypothèque. Cependant, une belle transaction est celle ou le prix déboursé et obtenu est tout simplement « le juste prix  ». Ainsi l’acheteur est content du prix qu’il débourse et le vendeur est content du prix qu’il obtient.
Idriss Bouhmouch, directeur des opérations au Québec de Ratehub.ca

Laisser une réponse

Veuillez compléter le champ CAPTCHA *