1. La valeur municipale de votre propriété, un mauvais indicateur
  2. Vendre son chalet pour 1$, c’est pas une bonne idée
  3. Tout beau, tout neuf?
  4. Est-ce le bon moment pour acheter une propriété ou vaut-il mieux attendre?
  5. Votre notaire s’invite à la maison via la technologie
  6. Faut-il un architecte ou un ingénieur pour vos rénovations?
  7. 9 raisons pourquoi vous devriez investir en immobilier
  8. Un chalet ne s’assure pas comme une maison
  9. L’immobilier est-il trop risqué?
  10. Exotisme au jardin
  11. Malgré la crise sanitaire, les prix progressent sur le marché immobilier résidentiel québécois au deuxième trimestre
  12. Inviter les oiseaux chez soi
  13. Acheter un condo pour les études, un projet qu’il faut très bien planifier
  14. Faire la paix avec les insectes du potager
  15. Votre syndicat de condo a-t-il un fonds d’autoassurance?
  16. Cueillir ses fines herbes
  17. Que se passe-t-il si vous ne payez pas vos assurances?
  18. Comment régler le problème de la maison lors d’une séparation
  19. Idées d’aménagements pour une sieste de rêve
  20. Un nouveau répertoire gratuit sur les constructeurs d’habitations neuves
  21. 7 astuces pour décorer son chez-soi sans se ruiner
  22. Utiliser le REER pour devenir propriétaire
  23. Déménager sans trop jeter
  24. Une oeuvre murale d’artiste dans sa cour
  25. Vous achetez une maison avec votre conjoint?
  26. Des rénos pour augmenter la valeur de votre maison
  27. Le programme Rénoclimat bonifié de 1000 dollars
  28. Vendeurs, arrêtez d’attendre et mettez votre maison en vente
  29. «Chute importante» des marchés immobiliers à prévoir au Québec
  30. Choisir un taux hypothécaire variable, est-ce trop risqué ?
  31. Acheter une maison pendant la pandémie
  32. Les modèles des villes changeront-ils après la crise ?
  33. Accès refusé à son futur condo
  34. Statistiques résidentielles du 1er trimestre pour le marché immobilier de la RMR de Montréal
  35. Un guide pour encadrer les visites immobilières
  36. Vendre une maison ne sera plus jamais comme avant
  37. Un marché porteur d’opportunités en 2020 avant un rebond de l’activité transactionnelle et des prix en 2021 au Québec
  38. Des arbres à bas prix pour verdir Montréal
  39. COVID-19 : les prix sont-ils immunisés ?
  40. Prévenir les dégâts d’eau
  41. Les premiers impacts de la crise sanitaire se font sentir sur le marché immobilier de Montréal
  42. 7 avantages considérables à acheter une maison neuve
  43. COVID-19 : comprendre le report des paiements hypothécaires
  44. Comment profiter des aubaines hypothécaires?
  45. L’immobilier au temps de la COVID-19
  46. Une première assemblée virtuelle de copropriétaires autorisée au Québec
  47. COVID-19 et vos transactions immobilières
  48. COVID-19 : les gestionnaires d’immeubles en mode urgence
  49. Propriétés difficiles à vendre : l’importance de la transparence
  50. L’achat d’un terrain pour bâtir recèle de nombreux pièges
  51. Faut-il se presser de rembourser son hypothèque?
  52. Les coûteuses surprises avec l’assurance d’une copropriété
  53. Cinq conseils pour trouver la bonne maison
  54. En quoi la démographie influencera-t-elle le marché immobilier?
  55. Hypothèque inversée: mythes et réalités
  56. Connaissez-vous la valeur réelle de votre maison?
  57. Rénovation: les dépassements de coûts, c’est normal?
  58. Comment faire de l’argent avec votre maison?
  59. Quel taux hypothécaire choisir dans le contexte économique
  60. Quelques solutions d’insonorisation
  61. Le décontamineur, pour un espace de vie sain
  62. Les avantages de l’intérêt décomposé
  63. Immobilier: cinq trucs d’assurance pour améliorer vos rendements
  64. Des recours juridiques limités contre Airbnb
  65. Financer l’achat d’une propriété avec une balance de vente
  66. Votre propriété est-elle assurée à sa juste valeur?
  67. Comment léguer un immeuble sans trop payer d’impôt
  68. Comment choisir un inspecteur en bâtiment…
  69. Les pièges à éviter lors de la location d’un espace commercial
  70. Les questions à se poser avant d’investir dans l’immobilier
  71. Quel montant payer pour habiter près d’une station de métro?
  72. Déco conviviale pour intérieur chaleureux
  73. Les ventes de propriétés bondissent de 13 % en octobre
  74. La fabuleuse histoire d’un dilemme hypothécaire
  75. Une assurance en cas de loyer non payé
  76. Quand les arbres causent des dégâts aux fondations
  77. Contester son évaluation municipale
  78. Les « essentiels » d’un bon contrat
  79. À deux c’est mieux pour investir dans l’immobilier
  80. EN QUOI CONSISTE L’EXAMEN DES TITRES DE PROPRIÉTÉ FAIT PAR UN NOTAIRE ?
  81. Rénover: avec ou sans locataires?
  82. VENTE SANS GARANTIE LÉGALE? CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR
  83. Immobilier: le début d’une tendance baissière?
  84. Engranger des revenus en louant sa maison
  85. Mesurer la qualité de l’air
  86. Tornades: vérifiez votre assurance habitation
  87. TOP 10 Septembre 2018
  88. «Une loi sur la copropriété, et ça presse!», demande le secrétaire général du RGCQ
  89. Quel est le véritable coût d’être propriétaire?
  90. Combien de temps les Québécois demeurent-ils propriétaires?
  91. La grande vie dans une plus petite maison
  92. Avez-vous les moyens de vous acheter un chalet?
  93. Les propriétaires en difficulté sont de moins en moins nombreux
  94. Bien calculer la superficie intérieure de votre maison
  95. Quand ça craque de partout
  96. TOP 10 Juillet 2018
  97. TOP 10 Juin 2018
  98. La grande vie dans une plus petite maison
  99. S’organiser pour la rentrée
  100. Faites vos calculs avant d’investir en immobilier
  101. Hypothèque et nouvel emploi: un mauvais mélange
  102. L’interdiction de fumer du pot ne peut être ajoutée dans un bail pour l’instant
  103. La SCHL apporte des changements pour aider les travailleurs autonomes canadiens à devenir propriétaires
  104. Quand la banque refuse de financer votre maison
  105. Hydro-Québec: des économies à prévoir pour les clients «collaboratifs»
  106. Comment calculer mon ratio d’endettement
  107. Le piège de la marge de crédit hypothécaire
  108. Quelle mise de fonds pour s’enrichir en immobilier?
  109. Petit espace, grandes idées
  110. Une terrasse durable
  111. Endettés, des jeunes patienteront avant de fonder leur famille
  112. Toujours plus chers les loyers montréalais
  113. Le meilleur investissement entre une maison et un condo
  114. Comment choisir son inspecteur parmi les meilleurs
  115. Un ventre-de-boeuf, c’est grave?
  116. Pourquoi les taxes municipales augmentent-elles?
  117. Déménagement: par où commencer?
  118. Le marché immobilier de Montréal différent du reste du Québec
  119. Les surenchères s’emparent du marché immobilier
  120. Les propriétaires auront trois mois pour interdire le cannabis
  121. L’accès à la propriété se détériore depuis près de deux ans
  122. Avez-vous reçu l’infolettre? Inscrivez-vous ci-dessous
  123. À qui appartient la ville? Le difficile équilibre de la revitalisation urbaine
  124. Perdre sa propriété pour ne pas avoir payé ses taxes
  125. 15 frais de déménagement à surveiller
  126. Profitez de l’été pour mettre à jour votre foyer
  127. Le coût de vieillir chez soi
  128. TOP 10 Mai 2018
  129. Un écran de verdure
  130. Comment se protéger de la hausse des taux hypothécaires?
  131. Immobilier: acheter pour revendre rapidement… payant ou non?
  132. Faut-il vendre sa maison à la retraite?
  133. Savez-vous comment économiser en faisant des rénovations?
  134. Des voisins dans la cour
  135. 8 idées de rangements pour la maison
  136. La maçonnerie nous parle
  137. Comment créer une cuisine accueillante et fonctionnelle
  138. Le soleil à l’intérieur
  139. Des idées brillantes pour maximiser un petit salon
  140. Un «drain français» encore efficace?
  141. Devrais-je démolir ma maison?
  142. Une chambre, plusieurs enfants
  143. VENDU! 7071 St-Urbain # 104 et 204: Spectaculaire unité de coin! Fenestration sur plus de 16 pieds d’hauteur.
  144. VENDU! 5700 Garnier # 321: Condo neuf de la Petite-Patrie, emplacement paisible à proximité de toutes les commodités!
  145. Louer pour acheter : une option viable pour devenir proprio?
  146. Règles hypothécaires: entre le rêve et la réalité
  147. Le calcul de l’augmentation des loyers en 2018
  148. Statistiques de ventes résidentielles [vidéo]
  149. Partir du bon pied
  150. La joie du cannabis en copropriété
  151. Devrais-je me hâter à rembourser mon hypothèque?
  152. Acheter un appartement sur plan
  153. Acheter un rêve ou un cauchemar?
  154. L’immobilier commercial de Montréal pourrait favoriser les propriétaires
  155. Chaud dedans, froid dehors
  156. Faut-il s’inquiéter de l’augmentation des taux?
  157. Condo: le prix médian du pi2 explose à Montréal
  158. Cinq peurs qui freinent les rêveurs immobiliers
  159. Ce design qui nous veut du bien
  160. Sournois barrages de glace sur la toiture
  161. Pas si extrêmes, les prix immobiliers au Canada
  162. Perd-on à utiliser le RAP?
  163. Prévisions immobilières: à quoi s’attendre pour 2018?
  164. Vos nouvelles menottes hypothécaires, gracieuseté d’Ottawa
  165. Quelle est votre tolérance au risque pour l’investissement immobilier ?
  166. Creuser pour agrandir le sous-sol
  167. Les ventes de logements à Montréal ont atteint un sommet de huit ans en novembre
  168. Amiante, où te caches-tu?
  169. Des décorations faites maison
  170. Chauffage: dehors, le froid!
  171. Insaisissables sources d’irritation sonores
  172. Remettre les clés de sa maison à la banque
  173. Votre maison intergénérationnelle est-elle légale?
  174. Montréal: les prix de l’immobilier ne baisseront pas
  175. Acheter du tout fait
  176. Acheter une copropriété usagée en évitant les (mauvaises) surprises
  177. Vendre pour acheter sans tracas
  178. Statistiques de ventes résidentielles Centris® – septembre 2017
  179. Acheter une maison de vétéran
  180. Transactions: revoici la surenchère
  181. Le dur labeur d’emménager chez des fumeurs
  182. Kitec: la plomberie qui fait fuir des assureurs
  183. Québec pressé de resserrer l’encadrement des copropriétés
  184. Dette: les Québécois parmi les meilleurs élèves du pays
  185. Un bon investissement, la mise en valeur résidentielle?
  186. Peut-on espérer devenir propriétaire avec un revenu médian?
  187. Jeunes et propriétaires
  188. Préparer la visite d’un inspecteur
  189. L’unifamiliale qui voulait accoucher d’un quadruplex
  190. Une chambre d’enfant où grandir
  191. Le flip immobilier: est-ce légal?
  192. La maison à toute épreuve: bien gérer les infiltrations futures
  193. Affichera-t-on un jour l’efficacité énergétique des maisons mises en vente?
  194. Les ventes sans garantie légale gagnent en popularité
  195. Statistiques de ventes résidentielles pour juillet 2017
  196. La maison à toute épreuve: les pieds bien au sec
  197. Optimiser son garage ou son cabanon ?
  198. Propriétaire et locataire ne font pas toujours de bons voisins
  199. Une maison écologique est-elle économique?
  200. De dalles et de verdure
  201. Domotique: vague britannique en vue
  202. Remèdes de grand-mère pour vous soulager des Airbnbistes
  203. Immobilier: pas de relâche pour les aubaines cet été
  204. 5 façons d’être créatif pour décorer la chambre de vos enfants
  205. Hausse des taux: il n’y pas de raison de paniquer
  206. Bientôt un champignon pour protéger vos frênes
  207. SCHL: La cadence des mises en chantier a accéléré en Juin
  208. Le taux directeur repart à la hausse
  209. Cinq projets de rénovation qui vous aideront à vendre votre maison
  210. Vivre en haut d’un commerce: un bon achat?
  211. Vancouver : première ville des millionnaires du Canada
  212. Copropriétés: le dilemme de l’autogestion
  213. Changements des règles hypothécaires… les conséquences
  214. La nouvelle loi québécoise sur les droits de mutation immobilière
  215. Immobilier: «forte hausse» des prévisions au Québec en 2017
  216. Les règles pour louer son condo à court ou long terme
  217. Retour des week-end visites libres en avril 75 Projets
  218. 10 Astuces pour réduire ses frais d’hypothèque
  219. Peut on acheter une maison lors qu’on a une dette de carte de crédit ?
  220. Longueuil deviendra-t-elle le Brooklyn du Grand Montréal?
  221. Droit de retrait et droit de préemption
  222. Réussir en immobilier sans argent ni crédit
  223. Puis-je m’offrir un condo ayant des frais d’entretien élevé ?
  224. Les quartiers piétonniers dévoilés par le Walk Score
  225. Le retour des baby-boomers en ville : un mythe ?
  226. Le Rose-Philips II – Phases 1 et 2 Vendues! Phases 3 et 4 maintenant disponibles, bureau des ventes au 5700 Garnier # 102, Montréal. www.lerosephillips.ca
  227. Foyer : raviver la flamme
  228. Vous achetez une maison de plus de 500 000$ ?
  229. Joyeuses fêtes et bonne année!
  230. Interdiction d’animaux
  231. Le rôle de votre inspecteur pré-achat selon les Tribunaux
  232. 51e avenue, Lachine: Une cliente heureuse! Maison vendue en 32 jours!
  233. Statistiques de ventes résidentielles Centris – Septembre 2015
  234. Cinq raisons de laisser des locataires payer votre prêt hypothécaire
  235. Votre propriété est-elle suffisamment assurée?
  236. Acquérir un droit de propriété avec le temps
  237. Condo écolo!
  238. Conjoint de fait et mise de fonds inégale
  239. Dix façons simples de respecter votre budget cet été
  240. Où est l’argent ? Renseignements importants sur la mise de fonds
  241. L’importance des charges communes et du fonds de prévoyance
  242. Statistiques de ventes Centris – Mai 2015
  243. EXCEPTIONNEL: LOFT AVEC TERRASSE CÔTÉ SOLEIL
  244. Luxe au cosmopolis!
  245. Spacieux condo – 2 chambres et 2 garages
  246. Attention avant d’abattre un arbre!
  247. Un sol contaminé; une bonne chose ou non pour le propriétaire?
  248. Évitez le cauchemar des rénovations!
  249. Statistiques de ventes Centris – Mars 2015
  250. Vous avez moins de 10% de mise de fonds? Faites vite!
  251. La préparation de votre planification successorale
  252. Statistiques de ventes Centris® – Février 2015
  253. CINQ FAÇONS DE REMBOURSER VOTRE PRÊT HYPOTHÉCAIRE PLUS VITE!
  254. BAIL D’HABITATION : OBLIGATION SOLIDAIRE OU CONJOINTE
  255. Vous découvrez un vice caché après l’achat d’un immeuble
  256. Déménager sans soucis
  257. Comment choisir sa maison de retraite?
  258. Statistiques encourageantes CIGM
  259. Les dix principaux conseils hypothécaires pour une bonne année 2015
  260. Prenez la meilleure décision quant à la protection de votre prêt hypothécaire
  261. Spacieux condo avec vue sur l’eau***VENDU***
  262. CONDO SUR PARC CONDO SUR VILLE : Le Rose-Phillips II
  263. Rosemont secteur Angus : unité de coin 2 Chambres, 858 PC très lumineux, situé sur rue paisible *** VENDU***
  264. Nous ouvrons des portes, nous ne dressons pas des murs!
  265. C’est confirmé: une hausse est prévue!
  266. Accession à la propriété en dix étapes
  267. L’âge de l’immeuble et le vice caché
  268. On vend votre maison en 90 jours, c’est garanti ou on l’achète! Appelez-nous pour tous les détails (514) 267-8466
  269. On vend votre maison en 90 jours, c’est garanti ou on l’achète! Appelez-nous pour tous les détails (514) 267-8466
  270. Nos inscriptions: Vue panoramique incroyable
  271. Le Vam 2 – 100% Vendu!
  272. CONSÉQUENCES D’UNE PROMESSE D’ACHAT NON-RESPECTÉE
  273. Ville de Montréal – 5 nouveaux programmes d’aide financière en habitation
  274. Le Home Staging à ¨coût ¨ sûr !
  275. La fenêtre en aluminium : sécuritaire, écologique et esthétique
  276. Projet Le Pivot – étage supérieur 1 CH , 871 pc sur 2 niveaux, Garage *** VENDU**
  277. L’impact des erreurs de calcul sur la validité d’une soumission
  278. HOMA – Le Vam – projet de 34 unités près marché Maisonneuve 100% vendu !!!
  279. Location de votre condo : une bonne idée ?
  280. Hypothèque à faible taux : attention aux pièges !
  281. Remboursement anticipé : acquiter votre prêt hypothécaire en 20 ans au lieu de 25 ans
  282. Achetez et rénovez grâce à un prêt hypothécaire pour rénovations.
  283. L’ENTREPRENEUR ET VOUS : L’ABC D’UNE BONNE RELATION
  284. Consolidation de dettes et refinancement… Si j’avais su !
  285. Première hausse des primes SCHL en 10 ans
  286. C’est de valeur !
  287. Piquetage et bornage d’un terrain
  288. L’ère du condo
  289. Le Vieux-Montréal, un quartier phare de la ville
  290. Location de bureau : 4 raisons pour faire affaires avec un spécialiste
  291. Marché immobilier : à quoi s’attendre pour 2014?
  292. Finances personnelles : 5 conseils pour débuter 2014
  293. Projet dans HOMA : Le Daxx – vendu @ 100% merci
  294. Résiliation surprise de votre bail commercial
  295. Reprise de finance 101
  296. De vice apparent à vice juridiquement caché : Attention aux fausses représentations !
  297. Astuces pour agrandir une pièce sans travaux importants
  298. Près de la moitié des propriétaires renouvellent leur prêt les yeux fermés !
  299. Le logement abordable : investissement fédéraux en déclin
  300. Nouvelles normes relatives à l’inspection des façades d’immeubles
  301. Bureau de crédit VS Prêt hypothécaire
  302. Vie de condo : fonds de prévoyance et cotisation spéciale
  303. Le RAP : une bonne option pour la mise de fond
  304. La validité du testament québécois à l’extérieur du Québec
  305. Les maisons solaires passives – la suite du concept LEED ?
  306. Le partage de la résidence familiale lors d’une rupture
  307. Hypothèque légale : saviez-vous que…
  308. Nouveau look de cuisine à peu de frais : possible !
  309. Régis du bâtiment : nouveau règlement visant à améliorer la sécurité des immeubles
  310. Êtes-vous du type taux fixe ou taux variable ?
  311. Billet de l’inspecteur : la ventilation du toit
  312. Rembourser son hypothèque avant d’avoir 50 ans ? possible !
  313. badmlsphotos.com
  314. Profession : gestionnaire immobilier
  315. Comment calculer un rendement immobilier en 2013 ??
  316. Reprise de finance : diminution en 2012
  317. Inspection en bâtiment : l’importance du comble
  318. Comment identifier un vice caché?
  319. Évaluateur vs Inspecteur
  320. Home Staging : par ou commencer?
  321. Clés pour un déménagement réussi
  322. Comprendre les nouvelles règles hypothécaires
  323. Des rénovations payantes et d’autres moins
  324. Vu en région ( reprise )
  325. Vente d’un immeuble : les garanties du Code civil du Québec
  326. Évaluation de terrain : 5 points à retenir pour un développeur
  327. L’inspection pré-achat
  328. L’application “MONTRÉAL AVANT” un voyage dans le temps
  329. Inspecteur et évaluateur : deux mandats différents
  330. Votre prochain condo : divise ou indivise ?
  331. Peut-on interdire la location d’un condo ?
  332. Comment faire pour s’assurer de la qualité environnementale d’un terrain?
  333. L’augmentation du loyer : saviez-vous que…
  334. Vous prévoyez déménager ? : astuces du pro

Article par Charles-Édouard Carrier @ La Presse

Vivre en copropriété, c’est choisir un type d’habitation collectif où l’implication des copropriétaires est essentielle pour le maintien d’un milieu de vie harmonieux et structuré. Pour bien y arriver, certains conseils d’administration décident même de prendre en charge la gestion de l’immeuble. L’autogestion est-elle une solution gagnante?

Le poids de l’autogestion

Choisir l’autogestion, c’est accepter de prendre en main la gestion quotidienne de l’immeuble, voir à la bonne administration des finances de la copropriété, s’occuper des relations avec les copropriétaires, puis voir à tout le reste, de l’embauche d’un plombier au suivi pour la perception des amendes en cas de litige avec un copropriétaire. Une lourde tâche…

Entre l’autogestion et l’embauche d’une firme de gestion pour une copropriété, une réflexion s’impose. Pour Me Yves Papineau, avocat en droit de la copropriété, il faut d’abord bien faire la différence entre l’administrateur et le gestionnaire. «Pour l’administrateur, son rôle est de prendre des décisions pour le syndicat, dans l’intérêt du syndicat. Il y a une assurance responsabilité souscrite par le syndicat. Le rôle du gestionnaire, c’est d’exécuter les décisions du conseil d’administration et de voir à leur accomplissement.» Et l’assurance en cas de faute diffère de l’un à l’autre.

Lorsque l’on choisit l’autogestion, il faut bien comprendre son rôle, ses responsabilités et son obligation de rendre des comptes, et s’assurer que les couvertures d’assurance responsabilité sont adéquates.

Un réel défi

Au Québec, la majorité des copropriétés sont en autogestion. «Ce sont beaucoup de petites copropriétés, et les gens n’ont pas forcément les moyens financiers pour embaucher une firme ou encore ils ne trouvent pas preneur pour s’occuper de la gestion au quotidien. Ce n’est pas payant pour un gestionnaire de s’occuper d’un duplex ou un triplex», explique l’avocat Yves Joli-Coeur, secrétaire du Regroupement des gestionnaires et copropriétaires du Québec (RGCQ), auteur de plusieurs livres sur la copropriété et fondateur du site Condo Légal, un outil de vulgarisation qui porte sur le droit de la copropriété.

L’ampleur de la tâche du gestionnaire n’est pas du tout la même pour un quadruplex converti en condos que pour une tour d’habitation de plusieurs étages. «Si vous gérez un immeuble qui vaut 40 millions de dollars et que vous n’avez aucune idée de ce que c’est de faire une gestion de copropriété, ce n’est pas juste une question de responsabilité, mais aussi d’une bonne performance pour la gestion de votre copropriété. Généralement, il y a peu d’administrateurs qui sont prêts à relever ce défi-là», prévient Me Joli-Coeur.

Au-delà des considérations juridiques, c’est aussi une question purement sociale. Est-ce que j’ai le temps comme administrateur de m’impliquer dans la gestion quotidienne de l’immeuble? Est-ce que j’ai les connaissances et les compétences pour le faire?

Une tâche parfois difficile

Prendre part aux décisions ou activités de l’immeuble, c’est aussi s’exposer aux critiques. «Beaucoup de gens m’ont dit après avoir été administrateurs ou gestionnaires qu’ils avaient eu plus de critiques négatives que de critiques positives et c’est souvent la raison qui explique que, de plus en plus, il y a des syndicats qui se tournent vers la gestion externe», croit Me Joli-Coeur.

«C’est trop demandant, ça nécessite un degré de savoir que les gens n’ont pas forcément, sans compter la responsabilité légale… C’est ce qui motive souvent les gens à aller en gestion externe», explique Me Yves Joli-Coeur, secrétaire du Regroupement des gestionnaires et copropriétaires du Québec (RGCQ).

En assumant des fonctions de gestion dans l’immeuble que l’on habite, des copropriétaires pourraient y voir de possibles conflits d’intérêts, une réalité qu’il ne faut pas prendre à la légère. «Certains vont dire que vous allez avoir tendance à prioriser les travaux dans l’immeuble qui ont un impact sur votre quotidien, plus que ceux de la collectivité. Il y a des zones conflictuelles, mais le plus gros problème, c’est la compétence. Il me semble que, minimalement, tous les administrateurs devraient au moins avoir une connaissance de base avant d’accepter la charge. Ils gèrent le patrimoine de tous les copropriétaires, et les conséquences d’une faute peuvent être lourdes», rappelle l’avocat.

Un gestionnaire efficace et formé

L’Ontario, avec sa loi de 2015 sur les services de gestion de condominiums, impose aux gestionnaires de détenir un permis et encadre leur formation. Dans l’état actuel des choses au Québec, n’importe qui pourrait s’improviser gestionnaire de copropriété, une situation que le RGCQ déplore. Cette réalité rend la tâche encore plus difficile aux administrateurs qui cherchent un gestionnaire.

«Les bons gestionnaires sont souvent très sollicités, et les administrateurs ont parfois tendance à opter pour ceux qui offrent le prix le plus bas, soutient Me Joli-Coeur. Mais il faut aussi se renseigner sur les compétences, l’expérience, la formation et la formation continue». À ce sujet, deux formations existent en gestion de copropriété. «Avec l’École des sciences de la gestion de l’UQAM et le cégep de Saint-Laurent, on a créé des cursus en termes de formation parce que sans elle, comment voulez-vous que les gestionnaires deviennent bons ? Des initiatives sont faites, même s’il n’y a pas d’encadrement législatif», conclut l’avocat.

La formation en gestion de copropriété

Le programme d’attestation d’études collégiales (AEC) en gestion de copropriétés a été créé en 2013. Il est d’une durée de 765 heures. «La direction de la formation continue du cégep de Saint-Laurent s’est intéressée de près aux informations, parues dans divers médias, relatant des problèmes majeurs vécus dans le milieu de la copropriété au Québec. Ceci l’a menée à rencontrer des experts du secteur, dont quelques membres du conseil d’administration du Regroupement des gestionnaires et copropriétaires du Québec (RGCQ), afin de mieux comprendre les enjeux actuels», explique Nancy Laflamme, responsable de programmes au cégep de Saint-Laurent. Le programme a été mis sur pied à la suite de ces consultations.

L’École des sciences de la gestion de l’UQAM (ESG) propose aussi une formation de perfectionnement en gestion de copropriété divisée en quatre modules de 30 heures chacun. La formation se donne en classe ou à distance en vidéoconférence. Ces deux programmes sont offerts en partenariat avec le RGCQ.

Récit d’une expérience d’autogestion

Il demeure en banlieue de la métropole, dans un bâtiment de plus d’une cinquantaine de logements. Construit en plusieurs phases, le projet terminé compte près de 200 appartements et trois syndicats de copropriétaires différents. Deux font affaire avec des gestionnaires externes, et un autre a choisi l’autogestion. Nous avons rencontré un des administrateurs qui jouait aussi un rôle de gestionnaire.

Marc (nom fictif) est impliqué depuis longtemps dans l’administration de la copropriété qu’il habite. Depuis qu’il a emménagé, deux firmes de gestion se sont succédé avant que les administrateurs ne décident d’opter pour l’autogestion. «Je ne vise pas une compagnie en particulier, mais on a rapidement réalisé que ce qu’ils étaient prêts à faire, c’était la base. Quand on a commencé à entrer dans des dossiers plus sérieux: pérennité de l’immeuble, des inspections plus avancées, la collection des pénalités, l’interaction avec les autres phases, les deux autres C.A. et les gestionnaires, ils sont devenus beaucoup moins présents. Et c’est sans parler des erreurs financières que l’on notait. Au lieu d’essayer de tout corriger, on a décidé de passer à l’autogestion», explique-t-il.

Le groupe d’administrateurs a pris en main la gestion de l’immeuble. Heureusement, le conseil disposait de bonnes ressources au sein du groupe. «On avait quelqu’un de très fort en finances, une autre personne avec des connaissances légales, ainsi que d’autres expertises. Nous avions des compétences diversifiées», précise Marc.

Puis le retour au gestionnaire

Si le groupe pensait avoir pris une bonne décision, après trois ans, la réalité l’a rattrapé.

«On avait deux personnes qui mettaient beaucoup, beaucoup de temps. Puis l’ampleur de la charge de travail allait en augmentant», analyse Marc.

«Plus tu avances dans le temps, plus les dossiers deviennent importants, l’édifice vieillit. On avait plusieurs dossiers de fond, et le temps manquait pour la base», se souvient Marc (nom fictif), ancien gestionnaire.

Les administrateurs ont donc été contraints de retourner avec un gestionnaire. Après une série d’entrevues, ils ont signé un nouveau contrat.

Des connaissances, du temps et de la transparence

Pour faire de l’autogestion, il faut des connaissances et beaucoup de temps. «C’est l’élément de base. Il faut aussi s’assurer que ça marche bien avec les copropriétaires. Si tu as un dictateur dans l’équipe, ça ne peut pas fonctionner. Et surtout, il faut être très motivé.» L’an dernier, avant de remettre les clés de l’immeuble à un nouveau gestionnaire externe, les administrateurs qui assuraient un rôle de gestion ont presque été accusés de malhonnêteté dans la gestion de certains dossiers. Difficile, selon Marc, de ne pas le prendre personnel.

«Même si on est payé, on n’est jamais payé pour toutes les heures qu’on fait. Alors quand tu te fais montrer du doigt pour telle ou telle raison, tu te sens personnellement visé.»

«Mais une chose que je retiens, c’est l’importance de la communication. Si on retournait en autogestion, je m’assurerais que l’on fasse plus souvent des séances d’information avec les copropriétaires pour éviter les doutes sur notre travail», confie Marc.

Quelques mois après l’entrée en fonction du nouveau gestionnaire, les choses ne sont pas parfaites. Si le temps le permettait, l’administrateur qui connaît l’immeuble de fond en comble n’hésiterait pas une seconde à reprendre son rôle de gestionnaire.

Le choix du promoteur

Dans une nouvelle copropriété, au moment où emménagent les premiers occupants et avant que ne soit formé le premier conseil d’administration, une firme de gestion est habituellement en place. C’est le promoteur immobilier qui donne le contrat. Comment les promoteurs immobiliers arrêtent-ils leur choix?

«On regarde le sérieux et les capacités du gestionnaire. On utilise un tableau comparatif: nombre de portes dont s’occupe le gestionnaire, depuis combien de temps est-il dans l’industrie, combien d’employés seront consacrés au projet, est-ce qu’il a la capacité à répondre dans les délais, est-ce qu’il utilise une plateforme web, comment interagit-il avec les clients et puis, finalement, le coût par porte, mais ce n’est pas le plus important. On voit aussi avec d’autres promoteurs, il y a des bons gestionnaires et des moins bons», estime Maxence Baratier, directeur de projet chez DevMcGill.

«C’est un métier difficile. Entre le promoteur et le gestionnaire, c’est aussi une question d’image de marque. Il n’y a pas d’intérêt pour nous à choisir un gestionnaire uniquement parce qu’il n’est pas cher», explique Maxence Baratier, directeur de projet chez DevMcGill.

Marco Fontaine, directeur principal, vente et marketing, chez Devimco, insiste lui aussi sur l’importance de démontrer que le gestionnaire possède une expérience suffisante avec des projets d’envergure: «On a des tours avec plusieurs éléments mécaniques: piscines intérieures, extérieures, ascenseur, donc nos critères sont beaucoup basés sur la capacité de l’entreprise à faire une bonne gestion d’immeuble et ce qu’il a comme feuille de route derrière lui.»

Et si le conseil est insatisfait?

Au moment d’arrêter leur choix, les promoteurs sont bien conscients que le gestionnaire choisi sera au service de la copropriété. «Pour nous, c’est important que la copropriété comprenne que le gestionnaire était là, oui pour nous épauler, mais en fin de compte, ce gestionnaire va travailler pour eux. Donc, on espère qu’il sera en mesure de bien faire le travail», confie M. Fontaine. Il arrive néanmoins qu’une fois en place, le conseil d’administration nouvellement formé décide de ne pas poursuivre avec le gestionnaire qui a été sélectionné par le développeur. Soit pour choisir plutôt l’autogestion, soit pour se tourner vers une autre firme de gestion.

Pour Marco Fontaine, c’est la spécification de l’immeuble qui fait en sorte que l’on a besoin d’un professionnel ou non. «Tu ne prends pas un gestionnaire pour quatre maisons de ville. Mais quand tu tombes dans des complexes de 200 ou 300 unités, ça devient très difficile à gérer seulement par une association de copropriétaires qui prend en charge la gestion», prévient-il.

Article original

Luc Fournier
Luc Fournier est courtier depuis 2003 et courtier immobilier agréé, directeur d’agence depuis 2007. Il détient un permis résidentiel et commercial. Ses secteurs d’activités commerciales sont les arrondissements de Rosemont/Petite Patrie, Le Plateau Mont-Royal, Villeray, Outremont, Centre-Ville. Cependant sans aucune limitation de territoires. Sa spécialité est la mise en marché de projets domiciliés neufs sur l’île de Montréal depuis maintenant 15 ans. Il travaille en partenariat exclusif avec Vivenda et Prével Alliance depuis maintenant 10 ans, où ils ont construit ensemble 10 projets et près de 1000 portes/unités en une décennie.

0 Commentaires

Laisser un commentaire