Blog Montréal Immobilier

COPROPRIÉTAIRES : ÊTES-VOUS PRÉVOYANTS ?

Blog Montréal Immobilier Actualités

Le fonds de prévoyance devrait faire partie de tout budget d’une copropriété. Je dis devrait, car on observe fréquemment des petites copropriétés ( 2 à 4 unités ) se la couler douce sans frais de condos et de fonds de prévoyance. Depuis 1994, le code civil du Québec oblige un minimum de 5% du budget annuel en guise de fonds de prévoyance.  Ce compte servira à payer les réparations et travaux  importants ( maçonnerie, toiture, fenestrations etc.).

Le hic, c’est que notre 5% de 1994 n’a pas été indexé et que le copropriétaire moyen n’a pas tendance à…. la prévoyance. Une réfection de toiture qui pouvait coûter $24,000 en 1994 peut en coûter le double en 2010. Nos voisins Ontariens ont solutionné en partie le problême en rendant obligatoire une « étude de fonds de prévoyance » . On peut imaginer facilement un fond tourner autour de 20-25% du budget annuel.

On peut retenir également qu’un fonds de prévoyance bien garni est plus attrayant pour le futur acheteur de votre unité qu’un fonds avec un solde ridicule.

François Chicoine

2 Commentaires

  1. Sébastien Gariépy 23 décembre 2010 at 12 h 45 min

    C’est en effet un problème actuellement au Québec.

    Le fonds de prévoyance est de première importance, puisqu’il sert à maintenir l’intégrité physique du bâtiment ; par conséquent, le fait d’avoir un solde insuffisant dans le fonds risque d’avoir des conséquences alarmantes pour l’ensemble des copropriétaires. Nous avons déjà été confronté à une situation où le syndicat a dû demander une cotisation extraordinaire de 20 000$ par copropriétaire afin de faire des travaux de réfection urgents qui n’ont pas été prévus, et conséquemment, pour lesquels aucun fonds n’avaient été conservés.

    Afin d’éviter ce genre de problème, il est possible de réaliser une étude de fonds de prévoyance, comprenant une analyse physique et une projection financière. Tout d’abord, un diagnostic de l’état actuel et de la longévité probable des systèmes communs de l’immeuble est effectué. Par la suite, il s’agit de synchroniser les cotisations des copropriétaires avec les dépenses reliées aux travaux de remplacement. De cette façon, des recommandations de financement peuvent être émises et des modifications peuvent être effectuées immédiatement afin de régulariser l’état du fonds.

    Un très grand travail de sensibilisation reste à faire!

    Voila!

    • François Chicoine 23 décembre 2010 at 14 h 24 min

      M. Gariépy merci pour votre commentaires. 100 % d’accord avec vous. La copropriété est assez récente au Québec ( 25-30 ans ), y’a du travail à faire..!

Laisser une réponse

Veuillez compléter le champ CAPTCHA *